E42 : Too many ideas | Trop plein d’idées

There are days when I have too many ideas in my head. Things I want to try, projects I want to pursue, new creative endeavors I am interested in. Sometimes it feels like I don’t even know how to handle that many ideas at once.

In today’s episode Kellie and I explore what we can do when facing too many ideas.  We dive into scheduling, sorting, finding inspiration in books we read, etc. I particularly enjoyed learning how Kellie manages hers by creating a project box.

What I learned is that I need quiet times too. Times to let it sort out itself in my head. Letting it brew and, in a way, resolve its natural course. It is a balance between doing and reflecting.

What are your way to handle too many ideas?

©️2018 ArtsAmuse - too many ideas

Il y a des jours où j’ai trop d’idées dans ma tête. Des choses que je veux essayer, des projets que je veux poursuivre, de nouvelles envies créatives qui m’intéressent. Parfois, je ne sais même plus comment gérer tout cela.

Dans l’épisode d’aujourd’hui Kellie et moi discutons de ce que nous pouvons faire quand on a trop de choses, d’idées dans la tête.  Nous explorons des pistes comme essayer de planifier ses idées , faire des tris, trouver l’inspiration dans les livres que nous lisons, etc. J’ai particulièrement aimé apprendre comment Kellie gère cela en créant une boîte à projet.

Ce que j’ai appris, c’est que j’ai besoin de temps et de tranquillité aussi. Afin de laisser les choses se trier dans ma tête, les laisser s’infuser et, en un sens, suivre leur cours naturel. C’est un équilibre entre faire et prendre du temps de réflexion.

Comment gérez-vous votre trop plein d’idées ?

E41: Being hard on ourselves | Trop (?) dur avec soi

Are you too hard on yourself?
Do you find yourself to be judgmental and hold yourself to a higher standard (too high?)?

I do. So do a lot of people.

In this episode Kellie and I try to figure out why, and more importantly how to cut it out and be nicer to ourselves in our pursuit of creative joy.

This is also why I decided to share a story with you today.

My dad loved watercolor. He enjoyed it so much, it was a pleasure watching him paint. I inherited his love of creative pursuit from him. He passed away and for years, I could not touch a watercolor set.

I have always been hard on myself, so critical of my work. I rarely shared what I did. Eventually, I started to paint with watercolor again, but only showed it to my family and close friends.

This topic made me think and reflect and I decided to share with you my latest watercolor. We all have to be kinder to ourselves and it starts with this: this is not about judgement, or perfection, this is about the joy and the present moment, the connection we have with those we love.

Let’s give us the break we deserve and be as kind to ourselves as we would be we someone we care about.

©️2018 ArtsAmuse

Trop dur avec vous-même?
Vous jugez-vous trop? Est-ce que vous vous mettez la barre trop haut?

Je pense que cela nous arrive à tous.

Dans cet épisode de Kellie et moi essayons de comprendre pourquoi, et, plus important encore, comprendre comment arrêter ce cercle vicieux du jugement et de l’auto-critique et avoir plus de compassion envers nous-même lors du processus créatif.

C’est aussi pourquoi j’ai décidé de partager une histoire avec vous aujourd’hui.

Mon père adorait l’aquarelle. Il aimait tellement ça, c’était un plaisir de le regarder peindre. J’ai hérité de lui son amour de la créativité. Il est décédé maintenant et pendant des années après sa mort, je ne pouvais pas toucher à une boite d’aquarelle.  J’ai, un jour, recommencé à peindre à l’aquarelle, mais je n’osais les montrer qu’à ma famille et amis proches.

J’ai tendance à être dure avec moi-même, critique envers mon travail. En particulier, je partage rarement ce que je fait en aquarelle.

Ce sujet m’a fait réfléchir et j’ai décidé de partager avec vous ma dernière aquarelle.

Je n’en suit pas tout à fait satisfaite. Elle ne ressemble pas à l’image que j’avais en tête. Cependant, je réalise que c’est important de taire mon auto-critique. En étant trop dure avec moi, je risque de ne jamais rien faire.

Il ne s’agit pas ici de jugement, ni de perfection, il s’agit de la joie et du bien-être que l’on éprouve quand on peint et d’être présent dans le moment.

Soyons donc aussi ouverts et bienveillants envers nous-mêmes que nous le serions avec quelqu’un qu’on aime.